Un de mes copains, qui vient régulièrement à la maison et qui apporte systématiquement le repas de peur que je lui fasse manger n'importe quoi, a apporté un jour des cookies fait main. Une réussite. Je lui ai demandé sa recette, qu'il m'a envoyée par mail. Et là : grand éclat de rire !
J'ai eu du mal à lui arracher son accord, mais j'ai fini par l'obtenir. Je vous la livre telle quelle, ça m'a vraiment trop fait rire !
(en plus je me dis qu'il risque fort de ne plus être d'accord mais que ce sera trop tard)

cookies

La vraie recette des COOKIES 
(Ouaiaiais !!! on va se régaler !!!)

Dans la recette d’origine il y a plus de beurre et plus de sucre, mais bon on voit le résultat après, alors bon hein ! Vous m’avez compris, chacun est libre, mais bon !...

  • Mélanger dans 110 gr de beurre bien ramolli mais pas liquide :
  • 50 gr de sucre mi-brun et 50 gr de sucre marron genre pas raffiné.
  • 3 deuxcentcinquantemillionième de semi-remorque de sel ………soit une pincée. (j’ai calculé en plus)…
    (les cookies ça rend drôle à mort, non ?)
  • Rajouter 2 œufs… crus…. mon truc « à moi en plus » :  enlevez la coquille des œufs,  vos gâteaux seront moins croustillants mais plus digestes et vos gencives resterons épanouies.
    (qu’est ce que je disais : hilarant)
  • Bien mélanger…..(on s’en doutait, mais je précise)
  • Rajouter 220 gr de farine (de blé) et 100 gr de chocolat noir coupé en petit morceaux (pas de pépites de chocolat indus SVP)

Avec deux petites cuillères à aligot à café, faire des boulettes de 2 ou 3 cm de diamètre (sur du papier sulfurisé), boulettes qui s’affaisseront en magnifiques cookies lors de la cuisson… (il serait donc opportun dès lors d’anticiper sur l’espacement des boulettes, à moins qu’un seul cookie de 30 cm de diamètre vous agrée, bien que cela puisse également, lors d’un goûter d’anniversaire par exemple, déclencher une certaine admiration des 5 – 7 ans à votre endroit, et développer chez eux un début d’esprit de compétition lorsque vous refuserez de le découper, et leur laisserez assumer la gestion du partage tout en  quittant la pièce, pour aller fumer en paix sur la terrasse.

Si vous avez du mal à faire les boulettes c’est que vous n’avez pas re-mélangé après avoir rajouté la farine, à ce moment là arrêtez la pâtisserie, faite plutôt ping-pong ou ébénisterie et monnayez vos services contre des gâteaux déjà faits par vos amis (si vous en avez encore ; comptez alors une commode Louis XV pour 25 000 cookies)

Cuire à 180 °
Mon truc « à moi en plus » : utilisez un four, car les chauffages conventionnels d’habitation permettent rarement d’atteindre cette température…
Si les boulettes cuisent sans s’affaisser c’est que vous avez oublié le beurre…(voir suggestion ébénisterie plus haut)
A partir de 10 mn de cuisson, commencez à vous inquiéter d’un éventuel début de carbonisation qui serait préjudiciable au goût de vos cookies, à leurs qualités nutritives, et au niveau de visibilité dans votre cuisine.
Une fois cuit ça reste souple un moment, donc : consommez après refroidissement total

Mon truc « à moi en plus en plus » : Vous pouvez mélanger moitié farine 60 et moitié 110.
Mon truc « à moi en plus en plus en plus » : A mi-quantité de la réalisation des boulettes, je surchocolatte le restant de préparation avec du cacao pur (idéal pour les personnes souffrant de carence en magnésium).

Voilà la vraie recette étasunienne adaptée des cookies, régalez vous.
Je laisse juste mon copyright sur le texte.
© Frk CHARLES 2009

Je précise que malgré son côté bouffon, cette recette est excellente : en photo, ce sont les miens, pas les siens. Donc, ça marche. Bon dimanche à tous !